La Simplicité à l’égard du Christ : Pasteur Laurent

Mes frères et sœurs, une pensée a retenu mon attention à travers la lecture de cette portion des Écritures. C’est la simplicité à l’égard du Christ. Dans d’autres versions, il est même écrit la simplicité de Christ. La simplicité se veut être l’objet de notre partage ce matin.

2 Corinthiens 11 : 3-4

Ça fait 4 dimanches que nous sommes entrain de parler à propos de comment discerner la volonté de Dieu. Car il ne suffit pas d’entendre donc le Seigneur m’a dit, le Seigneur…Toutefois, il est une question que nous devons nous poser : est-ce bien le Seigneur qui a dit ? C’est dans  le même ordre d’idée que nous voulons parler de la simplicité à l’égard de Christ.

La simplicité à l’égard de Christ est pour ainsi dire, le quatrième test de discernement de la volonté de Dieu après la Parole de Dieu, l’attitude d’obéissance et la liberté. Avant de découvrir en quoi est ce que la simplicité à l’égard de Christ nous permet de discerner la volonté de Dieu, commençons d’abord par comprendre les textes bibliques que nous venons de lire dans son contexte.

  1. Le contexte biblique de 2 Corinthiens 11 :3-4

En lisant ce passage, nous remarquons que l’apôtre Paul exprime une certaine  crainte : « Je crains que… » Verset 3b. Soulignons aussi que l’objet de sa crainte est double : l’apôtre craint que les pensées des Corinthiens ne se corrompent d’abord et ensuite ne se détournent de la simplicité à l’égard de Christ.

Regardez par où il commença à exprimer cette crainte au verset 3 : « Toutefois, de même que le serpent séduisit Eve par sa ruse, je crains que… » Les Corinthiens, l’Eglise de Corinthe était réellement en danger, au simple motif suivant que la tragédie du Jardin d’Eden menaçait de se reproduire dans très peu de temps. Ce qui arriva dans le Jardin d’Eden, la chute fracassante de l’homme était sur le point de se reproduire parmi les chrétiens de Corinthe, au sein de l’Eglise de Corinthe.

Voilà pourquoi, Paul compare l’église des Corinthiens à Eve. Mais un peu plutôt, il a comparé Jésus Christ à Adam. Lorsque vous lisez Romains, chapitre 5  au verset 14 ; la première épître aux Corinthiens au chapitre 5 et au verset 14. C’est la première figure prophétique de Jésus-Christ que nous rencontrons dans le jardin d’Eden. Voilà pourquoi, Jésus pouvait dire ‘’sonder les Ecritures, elles parlent de moi’’. (Jean5 :39)

Adam et Eve, les premières créatures de Dieu étaient la préfiguration de la relation entre Christ et l’église.

Voilà pourquoi Paul compare Jésus à Adam et l’église à Eve. L’église est l’épouse dont Christ est l’époux. Il faut retenir cette figure prophétique de Christ et son église. Paul dit que ce qui est arrivé à Eve risque de se produire dans l’église de Corinthe et dans l’église aujourd’hui. Au lieu de résister au diable, lorsque celui-ci l’incite à désobéir, Eve l’écouta et succomba (Genève 3 :1-6). Le serpent n’était pas le diable, il était le représentant du diable.

Paul dit aux corinthiens qu’au milieu d’eux il y a des représentants du diable. Et ils sont entrain de séduire et ils les supportent. Ils auraient dû être rejetés, mais on les aurait tolérés in fine (2 Cor.11 :4).

Ainsi vous les chrétiens de Corinthe, vous faites comme Eve car vous supportez les représentants du diable. Vous aussi chrétiens de la Cité de la Gloire, les représentants du diable sont au milieu de vous et  vous obéissez à eux. De la même manière qu’ Eve s’est montrée coupable, pour s’être montrée déloyale, vous aussi vous êtes rendus coupables car  vous les supportez. C’est à Christ que vous devriez obéir de tout votre cœur. C’est une comparaison extraordinaire.

Les représentants du diable sont là, mais au lieu de leur résister, vous les supportez. Les représentants du diable sont très astucieux. Ils emploient la ruse, ils ont des astuces pour séduire.

Le diable est très astucieux.

Les représentants du diable sont également astucieux même dans nos églises : les faux docteurs roulent carrosses, ils sont séduisants, ils divorcent et se marient et leurs églises sont en croissance. Un pasteur qui n’est pas modèle, mais il est suivi par les autres. C’est comme quelqu’un qui se posait la question de savoir si un homme normal pouvait monter dans une voiture conduite par un ivrogne !

Est – ce qu’un homme normal peut monter dans le véhicule conduit par un ivrogne ? Seuls les ivrognes monteront dans tel véhicule. Que le nombre ne nous impressionne pas. Ce sont d’autres ivrognes ou qui désirent l’être. Il faut être impudique ou amoureux, désireux de l’impudicité pour être derrière un conducteur spirituel impudique. Paul avertit les chrétiens de Corinthe. Il avertit aussi les chrétiens d’aujourd’hui que les représentants du diable sont astucieux. Ne vous laissez pas prendre par leurs ruses, par leurs belles apparences extérieures.

Pour finir l’explication de cette comparaison :

Paul termine avec une métaphore très forte : il compare l’église d’aujourd’hui à une jeune vierge fiancée à Jésus-Christ par le moyen de la conversion. Une fois convertie à Christ, nous devenons fiancés. La vierge fiancée à Christ par le moyen de la conversion. Il faut que je précise quelque chose : Sommes – nous fiancés ou épouses ? L’église est -t- elle fiancée ou épouse ?

La même Bible dit que  nous sommes fiancés et la même Bible dit que nous sommes épouses. Que dit le peuple de Dieu ? Est-ce possible d’être les deux à la fois ? Dans notre conception, il est impossible d’être à la fois fiancée et épouse.

Dans la Bible, cela est possible. Considérons Mathieu 1. Il nous parle de la relation de Joseph et Marie : Joseph était-il fiancé ou marié à Marie ? Mathieu1 :18.19 « Voici de quelle manière arriva la naissance de Jésus Christ. Marie, sa mère, ayant été fiancée à Joseph, se trouva enceinte, par la vertu du Saint Esprit, avant qu’ils eussent habité ensemble. Joseph, son époux, qui était un homme juste… » . Nous lisons les deux versets. Marie était fiancée à Joseph et Joseph était marié à Marie.

Il faut pénétrer le  contexte socio – culturel pour comprendre la Bible. Voilà pourquoi ici chez nous, nous disons qu’ avant qu’une vérité biblique ne devienne une règle de foi et de conduite infaillible, elle doit être l’objet d’une saine interprétation qui tienne compte du contexte socio-culturel en dehors de toute erreur grammaticale. Quand nous disons en dehors de toute erreur grammaticale, nous ne disons pas que la Bible contient des erreurs, mais qu’il faudrait considérer les concepts dans le sens donné, le sens des premières langues : hébreux, araméen, grec.

Dans la culture juive, le mariage se passait entre deux familles. Les deux familles signaient un contrat de mariage. Mais les deux jeunes gens étaient encore fiancés pendant une année pour se rassurer que la fille n’était par enceinte. Ils sont mariés par le contrat, mais ils vivent séparés, donc fiancés. Vous comprenez maintenant pourquoi dans le contexte juif, on pouvait être à la fois fiancé et marié !

C’est la même relation que l’on trouve entre Christ et l’église.

Depuis que Christ a versé son sang sur la croix, nous sommes mariés à Christ ; le contrat de mariage a été signé ! La dot a été versée, nous sommes appelés époux du Christ. Mais cette période de grâce, c’est une année d’observation. Mais nous sommes encore fiancés car le mariage n’est pas encore consommé. La Bible dit que bientôt et très bientôt, le mariage va être consommé. Parce qu’au son de la trompette et à la voix de l’archange, la Bible dit que le Seigneur descendra des cieux, les morts ressusciteront, et nous irons ensemble avec eux dans les airs à la rencontre de l’agneau. C’est à partir de là que le mariage sera consommé. Nous sommes encore séparés avec notre époux, mais bientôt il revient consommer le mariage. Jésus revient bientôt. (1 Thess4).

Voila pourquoi Paul dit qu’en tant que berger, pendant ce temps des fiançailles, j’agis comme un père spirituel. Je veille à ce que la fiancée ne se détourne pas de la simplicité. Frères et sœurs, en tant que serviteur de Dieu,  le Seigneur n’attend pas de nous autre chose que d’agir pendant ce temps comme des pères spirituels, de veiller afin que la fiancé soit fidèle, qu’elle garde la simplicité à Christ jusqu’au jour où le mariage sera consommé. Christ revient bientôt ! Je n’ai reçu d’autre mandat que de vous avertir de ne pas abandonner la simplicité à l’égard de Christ. C’est par rapport à ce mandat que je répondrais lorsque je paraîtrai devant le tribunal du Seigneur.

Nous sommes devant cette période des fiançailles ! Or c’est pendant la période des fiançailles que Marie est tombée enceinte. Alors Joseph aimant sa femme, voulait rompre secrètement. C’est alors que l’ange lui dira de ne pas s’en faire car cet enfant était le fruit du Saint Esprit. Nous sommes pendant la période des fiançailles et tout ce que le Seigneur attend, c’est de ne pas nous détourner de Lui.

  1. Mais la simplicité c’est quoi ?

Le grec nous aide à mieux comprendre le terme. En grec, la simplicité est rendue par le terme haplotetos : c’est l’attachement fidèle. Voilà pourquoi Paul insistait afin que les Corinthiens observent la simplicité, c – à – d la fidélité au christ, l’attachement fidèle à Christ.

Paul criait afin que les fidèles de Corinthe n’abandonne pas l’attachement au Christ car ils étaient dangereusement prêt d’abandonner leur fidélité à Christ et la liberté d’esprit dans laquelle avait grandi leur fidélité, leur attachement à Christ car les Corinthiens s’étaient précisément ouverts à un autre évangile, à un autre esprit c’est-à-dire liés par sa loi, ses coutumes et tradition,  laissant ainsi tomber la foi en Christ qui seule leur avait procurer le Saint-Esprit. C’est dans le même ordre d’idée que l’apôtre Paul s’adressant aux chrétiens de Galatie (aux Galates) leur dit : « vous qui courriez si bien, qui vous a arrêtés, vous qui avez commencé avec l’esprit, pourquoi finissez-vous avec la chair ? Vous courriez si bien qui vous a ensorcelés ?

Chrétien de Galate, comme de Corinthe, pourquoi vous attacher à toutes les traditions qui ont été incapables de vous accorder le Saint-Esprit.

Pourquoi leur dit-il cela ? C’est parce que les chrétiens de Corinthe voulaient revenir aux traditions par la loi.

Mais aujourd’hui, combien d’enfants de Dieu ne retournent-ils pas vers la tradition ?

Comment quelqu’un qui a fait l’expérience avec le christ va – t- il abandonner la liberté de l’esprit dans laquelle  son attachement au Christ  est grand.

Aujourd’hui des voix se lèvent :’’ la Seigneur m’a dit’’ !

Toute parole, toute vision, qui nous détourne de l’attachement de Jésus, ne vient pas de Dieu. Si au lieu d’aimer le Seigneur de plus en plus, je commence à le haïr, une telle prophétie ne vient pas de Dieu. Voilà pourquoi l’attachement à Jésus est un critère qui nous permet de discerner la volonté de Dieu. Il y a des personnes qui acceptent, des visions, des paroles prophétiques qui les séparent de l’église, de la famille. Et bien ces visions et ses prophéties ne viennent pas de Dieu. Si ce que tu entends ne produit pas en toi la foi, cela ne vient pas de Dieu car  la foi vient de ce qu’on entend et ce qu’on entend vient de la Parole de Dieu.

Voilà pourquoi Jésus dit, je suis le chemin, la vie.

Gardez votre foi de  tout ce qui la détruit car la foi, c’est la porte de l’avenir.(L’unique porte de votre bien)Faites attention aux visions, aux prophéties qui viennent détruire votre foi. En effet, Habacuc 2 dit : « mais le juste vivra par sa foi ».Oui, mais il y a des gens qui veulent vivre par  la foi des autres et non pas par leur propre foi.Oui, il y a aujourd’hui des gens qui ont des prophètes professionnels qui alimentent jour après leur foi.Si le but de la prophétie devient une dépendance, ce n’est plus une prophétie. Car le juste ne vivra pas par la foi, mais par sa foi, sa foi.

Il y a mêmes des serviteurs de Dieu qui ont des prophètes attitrés: il ne faudrait pas être des mendiants spirituels. Car, alors, vous courez le risque de devenir jouet du prophète. Il faut demander à Dieu de te parler directement. Je ne suis pas contre que l’on prie les uns pour les autres. Mais il faut d’abord compter sur ton propre autel.

CONCLUSION

La simplicité, nous pouvons aussi la perdre aussi au sens propre : les grands hommes de sciences ne veulent pas accepter la chose la plus simple : croire en Jésus pour être sauvé. C’est la seule la plus simple, mais aussi la plus difficile à être acceptée par les savants.

Paul disait aux Corinthiens : « Pour moi, frères, lorsque je suis allé chez vous, ce n’est pas avec une supériorité de langage ou de sagesse que je suis allé vous annoncer le témoignage de Dieu. Car je n’ai pas eu la pensée de savoir parmi vous autre chose que Jésus Christ, et Jésus Christ crucifié » (1 Corinthiens 2 :1-2)

Comme il est écrit en Nombres 21 : 4- 9 : les enfants d’Israël ayant désobéi, Dieu leur a envoyé des serpents et ils mourraient de leurs morsures. Les enfants d’Israël ont crié vers Moïse et celui – ci est allé à Dieu pour supplier. Dieu a demandé à Moïse de suspendre un serpent d’airain et quiconque serait mordu et regarderait le serpent serait guéri. Mais, il y a des enfants de Dieu qui n’ont pas su faire le simple geste de regarder le serpent.

C’est la même erreur que commettent les enfants de Dieu aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *